Les aumôniers en aide aux plus démunis dans les prisons
Photo by Weston MacKinnon on Unsplash

PRISONS : LES OUBLIÉS DU RAMADAN. Les aumôniers en aide aux plus démunis.

Les mesures prises pour contenir l’épidémie de Covid-19 ont eu des effets bénéfiques pour beaucoup, mais  catastrophiques pour d’autres. En prison, les aumôniers tentent d’aider les situations de détresse mais à distance.

L’isolement des personnes âgées dans leur EHPAD a été, selon le Dr Serge Hafez, psychiatre, “une tragédie, à la limite de l’humanité”. Face aux témoignages bouleversants, le Président de la République a décidé d’assouplir les restrictions de visite.

Les prisonniers subissent également de plein fouet les effets dévastateurs de l’isolement. Depuis mi-mars, coupés du monde, ils ne peuvent plus recevoir la visite de leurs proches, ni même celle des aumôniers.

Pour eux, aucune mesure d’assouplissement n’a été mise en place. Ce sont les grands oubliés du confinement.

Les détenus musulmans pratiquent majoritairement le Ramadan, mais les règles d’urgence sanitaire interdisent aux proches de leur apporter de quoi rompre leur jeûne dans de bonnes condition (viande halal, dattes, pâtisseries, etc…). Des produits spécial Ramadan sont bien proposés à la vente, mais la plupart n’ont pas les moyens de se les procurer.

Devant les risques psychologiques graves, un numéro vert a été mis en place, qui permet aux détenus d’entrer en contact avec leurs aumôniers. Ce numéro reçoit chaque jour plus de 100 appels de détenus en détresse.

Comme pour leurs confrères des autres religions, les aumôniers musulmans se sont mobilisés pour apporter conseils et réconfort à ceux qui sont les plus fragilisés par la rupture des liens avec l’extérieur. Naturellement, les conversations ne sont ni écoutées, ni enregistrées.

Des cagnottes ont par ailleurs été constitués pour aider ces prisonniers, et notamment les mineurs isolés marocains, qui, après un vécu déjà éprouvant, se trouvent dans une situation d’indigence extrême.

Lire aussi

Les Arméniens, un peuple doux et tranquille

ARMÉNIE-AZERBAÏDJAN : DU JOURNALISME À LA PROPAGANDE

Le 20 août 2021, Jean-Christophe Buisson, Rédacteur en Chef adjoint du Figaro Magazine, cosignait avec …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code