MACRON : LA DÉFAITE

Humiliée lors du débat télévisée pour la présidentielle, Marine le Pen a pris sa revanche. Eclatante. Melenchon, traité, il y a quelque jours de « Premier mytho », a ressuscité la gauche, devenue le premier parti d’opposition.

Pourtant, ils n’ont pas eu grand chose à faire , surtout Marine le Pen, immobile pendant la campagne, qui n’a eu, à la manière d’une aikidoka, qu’à effectuer un « Tai Sabaki » (mouvement d’esquive qui profite de la force de l’adversaire) pour laisser Emmanuel Macron chuter, entraîné par son propre élan.

Car la « gifle » dont parlent en choeur les medias de ce matin, c’est le président qui se l’est administrée à lui-même. En trahissant ses promesses de 2017 d’un pouvoir à l’écoute des Français, attentif aux plus faibles et soucieux de l’environnement, il a coalisé la colère du « peuple de gauche ». En singeant les discours xénophobes et islamophobes de l’extrême droite, il a mis le pied à l’étrier du Rassemblement National. Après 5 ans de macronie, les Français n’ont jamais été aussi divisés, et la nouvelle Assemblée Nationale est à l’image de ce peuple écartelé. Ils n’ont jamais été non plus aussi inquiets, tétanisés par les discours anxiogènes sur l’épidémie, l’islamisme, le chaos d’un président qui, sans doute lecteur abusif d’Astérix, croit que la peur donne des ailes.

Le président n’a plus de majorité. Quels soutiens parlementaires va-t-il devoir chercher pour gouverner ? Il est fort peu probable que la gauche accepte le moindre compromis. A droite, il risque d’accentuer encore la fracture avec le peuple français, et de jeter dans la rue ceux qui ne trouveront pas de solutions dans le débat démocratique. La dissolution ? peut-être. Mais on sait combien ce choix est risqué.

Finalement, il n’y a guère d’autre issue qu’un changement drastique de politique. Se remettre à l’écoute des français, laisser Jupiter à la mythologie, se débarrasser des ministres qui ont fait de la haine des musulmans le moteur de leur obsessions, et, du même coup, réorganiser totalement la police et ses méthodes, et enfin tenir compte de la nécessité absolue de préserver l’environnement en faisant notamment la sourde oreille aux différents lobbies écocides. N’est-ce pas trop tard ? Rien n’interdit de se souvenir de la devise de Guillaume d’Orange : « Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer ».

Néanmoins, le grand gagnant de cette élection, c’est l’abstention. Près de 54%, plus de 26 millions de Français ne se sont pas déplacés pour aller voter. Difficile à comprendre, alors que, depuis 5 ans, grèves et manifestations ont exprimé l’insatisfaction des Français, reprochant d’ailleurs aux institutions de ne pas suffisamment leur donner la parole. Amors, pourquoi ne la prennent-ils pas lorsqu’on la leur donne ?

L’idée que voter ne sert à rien fait son chemin depuis la farce du referendum sur la constitution européenne, et la teneur des débats politiques qui se situent à des années-lumière des préoccupations des Français éloignent ceux-ci des urnes. Ceci est surtout vrai pour les jeunes.

Les musulmans n’ont pas plus fait preuve de civisme que le reste des Français. Rares sont les réseaux sociaux centrés sur la communauté musulmane qui ont appelé à l’accomplissement du devoir civique. La passivité est-elle la solution ? Que faut-il pour que les Français de confession musulmane prennent en main leur destin ? Doivent-ils continuer à se laisser humilier, insulter, empêcher d’éduquer leurs enfants ? A eux de voir…

Les résultats

Composition de la nouvelle Assemblée Nationale

Retrouvez les résultats complets sur le site officiel du Ministère de l’intérieur

Lire aussi

AZERBAÏDJAN : CHOUCHA, SYMBOLE D’UNE POSSIBLE RÉCONCILIATION ?

Choucha, capitale de la culture d'Azerbaïdjan, sera-t-elle celle de la réconciliation avec l'Arménie ?