L’ÉMIR ABDELKADER ET LA DIPLOMATIE RELIGIEUSE

Deux conférences se sont tenues à Paris et Marseille sur le thème « L’Émir Abdelkader et la diplomatie religieuse ».

Deux éminents spécialistes américains étaient venus pour l’occasion. L’imam Mohamed Bashar Arafat, ancien imam de Baltimore (USA) et fondateur de la Civilizations Exchange & Cooperation Foundation (Programme d’échange de jeunes entre les USA et les autres pays du monde), et fondateur de la School of Religious Diplomacy à Washington, et John Kiser, président de la fondation Emir Abdelkader project, auteur du livre « Les moines de Tibirhine » qui a inspiré le filme « Des hommes et des dieux ».

Paradoxalement en effet l’Émir Abdelkader est plus connu et admiré aux États-Unis qu’en France. Dans l’Iowa, une ville a même été baptisée Kader en son honneur.

Le thème :

Sans diplomatie religieuse, on ne peut guérir la société de sa grande maladie du racisme-haine- xénophobie et lutter contre elle.
Car celle ci est dû principalement à l’essentialisation des problèmes sociaux, politiques et économiques à des motifs relatifs à la religion ou la culture.

Les valeurs islamiques portées par l’Emir Abdelkader sont celles, universelles, de la stricte observance des droits de l’homme, que ce soit en temps de paix ou de guerre.
Son action lui a valu la reconnaissance, et l’admiration de ses adversaires comme celle de ses adeptes ( la reine Victoria, le pape Pie IX et des présidents du monde entier, notamment de Grèce, de France et de Turquie). Il a inspiré le concept de « diplomatie religieuse ». 

Aujourd’hui, dans un monde où la fracture est forte, non seulement politiquement, mais aussi socialement et à travers le discours religieux, le rappel de l’histoire de l’émir Abdelkader met en lumière l’importance de la consolidation de la paix et de la réconciliation, résumée dans l’idée de diplomatie religieuse. Outre la consolidation de la paix, Abdelkader était un érudit musulman, qui a vécu sa vie de « vrai jihad » (c’est à dire  la « guerre » contre ses propres mauvais penchants, ce qui n’a rien à voir avec le travestissement sémantique propagé par certains – apologistes ou contempteurs – qui en ont fait une guerre contre les « infidèles »)   et a créé un exemple générationnel de ce que devraient être les musulmans dans le monde entier. Il est un modèle, notamment pour les musulmans aux États­Unis.

Son histoire reste une source d’inspiration, non seulement pour les musulmans, mais aussi pour les personnes du monde entier, quelle que soit leur origine. Son courage, sa chevalerie dans la guerre et son leadership fondé sur la foi peuvent inspirer tout le monde.  Abdelkader représente la bonté de l’Islam et la lutte contre l’islamophobie, qui prévalait à son époque comme aujourd’hui. Partout dans le monde, chacun peut bénéficier de l’enseignement d’Abdelkader, et son histoire devrait être partagée dans les écoles, les universités, les organisations consacrées au maintien de la paix, lors d’événements politiques et dans les médias via les réseaux sociaux, les journaux, les chaînes de télévision.

Ces thèmes ont donc été abordés par d’éminents spécialistes. A Paris, à la Faculté des Sciences Islamiques de Paris étaient réunis, autour de son directeur le Pr Noureddine Belhout et de nos invités américains, Jean-Michel Brun, journaliste , conférencier et écrivain, directeur du magazine musulmansenfrance.fr, Le Pr Mustafa Cherif, penseur, expert du dialogue des cultures et des religions et spécialiste de l’Emir Abdelkader, et Gabriel Hagai, rabbin orthodoxe séfarade, enseignant-chercheur, et écrivain. linguiste, philologue, paléographe-codicologue, herboriste, médiateur, poète, calligraphe et chanteur. Il est le lauréat 2019 de la Médaille d’Honneur Samaritaine pour des Réalisations Humanitaires.

A Marseille, c’est le Centre Musulman de Marseille et son directeur M. Mohsen Ngazou, qui accueillait la conférence à laquelle ont assisté les élèves du lycée Ibn Khaldoun.

Ci-dessous la remarquable intervention du Pr. Mustafa Cherif.

A ne pas manquer la passionnante intervention du Rabbin gabriel Hagai qui met en perspective l’exemple de l’Émir Abdlekader et le massacre des habitants de Gaza.

Liens utiles :

Faculté des Sciences Islamiques de Paris : www.faculte-islamologie-paris.com

Civilizations Exchange & Cooperation Foundation : https://cecf-net.org/

Al-Bashir institute : https://albasheerusa.org

Centre Musulman de Marseille : https://cmm-marseille.fr/

Lire aussi

ILHAM ALIYEV RÉÉLU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE D’AZERBAÏDJAN

Les élections présidentielles azerbaïdjanaises qui se sont conclues, le 7 février 2024, par une victoire …