L’OUZBÉKISTAN À L’HONNEUR À PARIS : DEUX EXPOSITIONS POUR DÉCOUVRIR L’HISTOIRE DE CE PAYS

Par Sébastien Boussois 

L’Ouzbékistan fait partie de ces pays encore méconnus et qui sont de plus en plus courtisés par les touristes. Tachkent, Boukhara, comme Samarcande suscitent immédiatement la curiosité, l’étonnement et la fascination dans l’imaginaire collectif. Beaucoup de voyageurs en profitent pour découvrir les trésors et la culture au gré de circuits plus vastes dans la région. Niché au cœur de l’Asie centrale, ce pays, ancienne république de l’URSS, a gagné son indépendance depuis 1991 et a fait beaucoup de chemin depuis pour se positionner sur l’échiquier régional et compter dans la géopolitique.  

Lors du premier sommet au format « Asie centrale – Union européenne », qui s’était tenu dans la capitale du Kazakhstan en novembre 2021, le Président de l’Ouzbékistan, Shavkat Mirziyoyev, avait annoncé pour familiariser largement ses partenaires européens avec le patrimoine historique unique du pays, la richesse culturelle et les traditions des peuples de la région d’Asie centrale, que se tiendraient plusieurs expositions à Paris en novembre 2022. Voilà chose faite.

Deux des plus prestigieux musées de Paris mettent à l’honneur l’Ouzbékistan à travers des prismes très différents à partir du 23 novembre. C’est non seulement l’occasion de découvrir la richesse et la splendeur des oasis d’Ouzbékistan au Louvre, mais aussi de se plonger sur les routes de Samarcande à la recherche des richesses de soie et d’or du pays qui ont fait la richesse et l’histoire de cette ville mondiale avant l’heure.  

Au Louvre, du 23 novembre au 6 mars prochain, l’un des plus beaux musées du monde exposera dans sa prestigieuse aile Richelieu les trésors de ce carrefour des civilisations en mettant en avant les oasis qui ont compté sur les fameuses routes de la soie dans le commerce planétaire avant l’heure. On y découvre les trésors de Samarcande mais aussi ceux de Boukhara. L’ensemble des œuvres présentées est unique car c’est la première fois qu’elles sortent de leur pays d’origine. Pages de Coran, fresques monumentales, bijoux, vaisselle, peintures miniatures, ce sont pas moins de 130 œuvres qui seront présentées, retraçant 17 siècles d’histoire, au carrefour du Moyen-Orient, du monde hellénistique et de l’Asie. A l’image de l’Ouzbékistan d’aujourd’hui, cette exposition sait mettre en avant l’héritage de carrefour du dialogue entre l’Occident et l’Orient qu’a toujours représenté l’Asie centrale.  

A l’Institut du Monde arabe, c’est une collection unique d’œuvres qui est présentée, et qui nous plongera au cœur de la tradition, des savoir-faire ancestraux de l’identité ouzbèke. Soutenu par la Fondation pour l’Art et la Culture d’Ouzbékistan, cette exposition retrace l’histoire des trésors artisanaux du XIXe et du XXe siècle du pays, notamment le textile, robes, coiffes, tapis, mais aussi de bijoux reflets de la société de l’époque, de céramiques et de broderies. On y découvrira aussi de nombreuses peintures car le futur Ouzbékistan inspirera de nombreux peintres et artistes du temps de l’orientalisme. Paysages, villes, peuple, tout y transparaît pour un voyage unique à travers les steppes d’Asie centrale.    

Lire aussi

GÉRALD DARMANIN DE NOUVEAU TACLÉ PAR LA JUSTICE BELGE ET L’IMAM IQUIOUSSEN

La cour d’appel de Mons a confirmé le 15 novembre le refus de la justice …