DEUX CONCEPTIONS DE L’HONNEUR

On se demandait, depuis le début de cette campagne présidentielle déjà consternante, à quel moment, derrière la vulgarité du propos, se révèlerait enfin celle de l’individu.

Un doigt, dont on se demande tout de même de quelle sorte d’honneur il est l’expression, aura suffi à faire craqueler le vernis d’une candidature grotesque.

Derrière cette pantalonnade électorale se cachent sans doute quelques Dei ex machina dont l’avenir du capital compte plus que celui de la France. Leur monopole médiatique les autorisent, au gré de leurs intérêts ou de leurs fantaisies, à faire prince un bouffon, puis à livrer son sceptre en pâture aux journalistes vassaux qui l’avaient couronné.

Ebahis par ce vaudeville, les Français se rendront-ils enfin compte que ces discours obsessionnels sur l’immigration, les musulmans, le fantasme du séparatisme, rongent la grandeur et l’image de la France ?

Vont-ils enfin  fermer la marche aux apologues du repli sur soi, aux tribuns du mensonge et de l’outrance ?

Ce serait tout à leur honneur.

Jean-Michel Brun

Lire aussi

NOTRE AVENIR NE DÉPEND QUE DE NOUS

Pendant deux ans, l’épidémie a pris la place de toutes les autres questions d’actualité. Elle …