LA COMMUNAUTÉ DES TATS EN AZERBAÏDJAN

Pourquoi parler de l’Azerbaïdjan ? Bouc émissaire des medias français, encouragés par le conflit qui l’oppose à la République d’Arménie, l’Azerbaïdjan est pourtant un pays laïc, multi-culturel, multi-confessionnel, l’un des plus tolérants au monde. Nous publions, dans ce numéro et dans les numéros suivants une série de témoignages sur les différentes “nations” azerbaïdjanaises. Ici, la communauté des “Tats”

L’AZERBAIDJAN EST NOTRE SEULE PATRIE. ELLE NOUS PERMET DE RESTER CE QUE NOUS SOMMES.”

Un entretien avec Mahammad ALIYEV, membre du Conseil d’administration de l’Union publique du Centre Culturel Azéri

Qui sont les «Tats » ?

Les Tats sont l’un des groupes ethniques l’Azerbaïdjan. Ils vivent principalement dans la région nord-est, mais aussi dans un certain nombre de régions du sud, au Daghestan et au nord du Caucase. La majeure partie des Tats d’Azerbaïdjan demeuraient dans les territoires du nord-est depuis leur arrivée dans cette région. Selon l’orientaliste russo-soviétique E.A. Grantovsky, les tribus Tats se sont installées dans le Caucase et en Iran dans la première moitié du premier millénaire avant JC et ont occupé de vastes zones dans ces régions. Le deuxième afflux majeur de Tats en Azerbaïdjan fut la conséquence de la politique d’installation de l’empire sassanide. Dans son ouvrage sur le développement historique de Shirvan et Derbent aux X-XI siècles, V.F. Minorsky a montré que l’un des principaux peuples de cette région était les Tats. A. Bakikhanov écrivait dans son ouvrage «Gulustan-i Iram» (1841) que 30 sur 36 villages de la région de Bakou parlaient le Tat. Après le recensement de 1897, 102 913 Tats musulmans ont été enregistrés dans la seule province de Bakou.

Les Tats ont joué un rôle important dans le développement socio-économique de Shirvan durant le règne de Shirvanshah Mazyads (861-1027).

Les Tats sont religieusement divisés en trois groupes. Mais avant cela, les Tats adoraient le feu. Un certain nombre de coutumes et de traditions associées au zoroastrisme sur le territoire de l’Azerbaïdjan, y compris la fête de Novruz, ont été préservées par les Tats, transmises de génération en génération et diffusées sur le territoire de l’Azerbaïdjan. Cependant, la plupart des Tats se sont convertis à l’islam, certains au judaïsme, d’autres au christianisme grégorien. Les Tats juifs vivent principalement dans la partie sud du Daghestan et près de la ville de Gouba en Azerbaïdjan, plus exactement dans la colonie Girmizi (rouge) adjacente, et le village de Muju dans le district d’Ismayilli. Les Tats musulmans habitent dans les districts de Gouba, Khatchmaz, Khyzy, Shabran, Absheron, Shamakhi, ainsi que dans les villages environnants de Bakou.

La langue des Tats appartient à la branche occidentale du groupe linguistique iranien et a une parenté générale avec les langues persane, tadjik et afghane. La langue tate n’est qu’une forme renouvelée du persan moyen (la langue pahlavi) du point de vue grammatical et lexique. En apprenant la langue pahlavie, on peut maîtriser près de 80% de la langue tate.

Les tats en Azerbaïdjan

Les Tats azerbaïdjanais vivent depuis longtemps en osmose avec le reste de la population azerbaïdjanaise, et ont maintenu leurs traditions, à l’exception de la région industrielle de Bakou où, en raison du développement de l’industrie pétrolière et de la transformation de Bakou en l’un des plus grands centres industriels de la région, ils se sont totalement assimilés.

Les Tats habitant dans les régions montagneuses des districts de Guba, Khyzy, Shabran et Siyazan possèdent des traditions et des coutumes très riches. Ils ont joué un grand rôle dans le développement culturel du peuple azerbaïdjanais. Ainsi, aujourd’hui, la fête de Novrouz, la plus grande fête nationale du peuple azerbaïdjanais, a été préservée et développée grâce aux Tats. Les coutumes Tates en matière vestimentaires, culinaires et matrimoniales, du mariage demeurent encore très vivaces aujourd’hui.

A la fin du XXe siècle, lorsque le peuple azerbaïdjanais a obtenu son indépendance, tous les grands et petits groupes ethniques nationaux vivant dans notre république, y compris les Tats, ont surmonté étape par étape, aux côtés du reste de la population, le chemin difficile de cette indépendance à laquelle ils ont pris une part active.

Les Tats ont combattu avec le peuple azerbaïdjanais dans les batailles pour l’intégrité territoriale de notre pays lors du conflit du Haut-Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Les Tats, en tant que partie intégrante du peuple azerbaïdjanais, ont joué un rôle essentiel dans la victoire azérie et beaucoup y ont sacrifié leur vie.  Avec tout le peuple azerbaïdjanais, les Tats participent activement à la restauration des terres libérées et contribueront de manière décisive à rendre ces territoires à nouveau prospères.

 L’Azerbaïdjan est notre seule patrie! Elle nous permet de rester ce que nous sommes. Comme les autres communautés habitant sur son territoire, nous possédons les mêmes droits que tous les azerbaïdjanais.   Notre pays pourra toujours compter sur la fidélité et l’engagement des communautés Tats.

Propos recueillis par Aytan Mouradova

Voir aussi notre article sur la communauté Molokan

Voir aussi notre article sur la communauté des juifs de montagnes

Voir aussi notre article sur la communauté des chrétiens albaniens-oudis

Lire aussi

ISLAM EN FRANCE : ARRÊTEZ CE BAZAR !

Par Jean-Michel Brun Individuellement, ce sont de braves gens, qui souhaiteraient que l’islam soit en …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code