LE DÉPARTEMENT D’ÉTAT AMÉRICAIN RÉVÈLE DES ACTES DE VANDALISME ARMÉNIEN DANS LES TERRITOIRES AZERBAÏDJANAIS AUTREFOIS OCCUPÉS

Le département d’État américain a fait état d’actes de vandalisme commis par l’Arménie contre des sites religieux dans les territoires azerbaïdjanais autrefois occupés par l’Arménie.

Dans son Rapport 2021 sur la Liberté Religieuse Internationale (2021 Report on International Religious Freedom) publié jeudi, le Bureau chargé de la liberté religieuse internationale au sein du Département d’État des États-Unis a confirmé que des centaines de sites, dont la plupart des mosquées, sanctuaires et cimetières des communautés ethniques azerbaïdjanaises, ont été pillés, vandalisés, profanés et détruits alors qu’ils étaient sous contrôle arménien.

« Parmi les exemples de dommages connus causés à des sites religieux importants, citons la mosquée Haji Alakbar du XIXe siècle dans le district de Fuzuli, qui a été détruite, et la mosquée Juma à Aghdam, qui a été vandalisée avec des graffitis en langue arménienne et dont le mehrab (la niche dans le mur qui indique la direction de la Mecque) a été criblé d’impacts de balles », peut-on lire dans le rapport.« Des cimetières de la ville d’Aghdam ont été profanés, pillés et/ou détruits, y compris les tombes sacrées et historiques du XVIIIe siècle du cimetière d’Imarat Garvand, l' »allée des martyrs » de la ville. Les diplomates occidentaux qui ont visité l’allée des martyrs ont déclaré avoir vu des trous à l’endroit où les corps étaient autrefois enterrés et qu’il ne restait qu’une seule pierre tombale brisée dans le cimetière. La religion et l’ethnicité étant étroitement liées, il est difficile de classer de nombreux incidents comme étant uniquement fondés sur l’identité religieuse », ajoute le rapport.

Selon le rapport, l’ampleur du vandalisme arménien à l’encontre des cimetières où sont enterrés des Azerbaïdjanais de souche apparaît clairement dans les documents photographiques de renommée mondiale.

« Le photojournaliste Reza Deghati, connu sous le nom professionnel de « REZA », a documenté la destruction systématique de dizaines de cimetières azerbaïdjanais à Fuzuli, Aghdam, Zangelan, Kelbadjar et Djabraïl. Les tombes ont été profanées ; dans certains cas, des trous ont été creusés pour dévaliser les tombes, tandis que d’autres sites présentaient des traces de destruction et d’exhumation par des engins de construction lourds », souligne le document, qui ajoute que les restes des tombes azerbaïdjanaises ont été exhumés et les dents en or retirées, laissant des crânes et des os éparpillés dans les cimetières azerbaïdjanais ou, dans certains cas, complètement retirés, tandis que les tombes arméniennes sont restées pratiquement intactes.

Le vandalisme culturel de l’Arménie était courant dans les territoires azerbaïdjanais autrefois occupés, et les images montrant la destruction massive des monuments pendant les années d’occupation sont devenues virales après la libération des territoires. Les sites touchés comprenaient des mosquées, des mémoriaux, des musées, des statues, etc. La ville d’Aghdam, où se trouvait le musée du pain du monde, ainsi que la ville de Fuzuli, ont été entièrement rasées et ressemblent désormais à des villes fantômes.

Une partie du territoire souverain de l’Azerbaïdjan est tombée sous l’occupation de l’Arménie dans une guerre qui a résulté des revendications illégales de cette dernière sur les terres historiques de l’Azerbaïdjan. Après la dissolution de l’Union soviétique, l’Arménie a lancé une véritable attaque armée contre la région azerbaïdjanaise du Karabakh. La guerre sanglante de 1991-1994 a abouti à l’occupation par l’Arménie de 20 % des territoires internationalement reconnus de l’Azerbaïdjan.

Plus de 30 000 Azerbaïdjanais de souche ont été tués et un million d’autres ont été expulsés de ces terres dans le cadre d’une politique brutale de nettoyage ethnique menée par l’Arménie. Les maisons, les cimetières, les sites religieux et les infrastructures sociales laissés après l’expulsion des Azerbaïdjanais autochtones ont fait l’objet d’un vandalisme imprévu de la part des Arméniens, accompagné de destructions et de pillages massifs.

Le 27 septembre 2020, le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan a pris une tournure violente lorsque les forces arméniennes déployées sur les terres azerbaïdjanaises anciennement occupées ont bombardé des positions militaires et des localités civiles d’Azerbaïdjan. Au cours d’opérations de contre-attaque qui ont duré 44 jours, les forces azerbaïdjanaises ont libéré plus de 300 localités, dont les villes de Djabraïl, Fuzuli, Zanguilan, Gubadli et Choucha, d’une occupation arménienne illégale qui durait depuis près de 30 ans. La guerre s’est terminée par une déclaration tripartite signée par l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Russie le 10 novembre 2020. En vertu de cet accord, l’Arménie a également restitué à l’Azerbaïdjan les districts occupés d’Aghdam, Kalbadjar et Latchine.

Selon les données compilées par le ministère azerbaïdjanais de la Culture, basées sur les statistiques du début des années 1990, quelque 2 625 monuments ont été enregistrés dans les territoires occupés, dont 706 sont protégés par l’État. Des centaines d’institutions culturelles, dont 927 bibliothèques avec 4,6 millions de livres, 808 palais de la culture, clubs et maisons de la culture, 85 écoles de musique et d’art, 22 musées et succursales de musées avec plus de 100 000 objets exposés, quatre galeries d’art, quatre théâtres, deux salles de concert, huit parcs culturels et récréatifs ont été détruits et pillés.

L’un des plus anciens établissements humains du monde, situé dans le district de Khodjavend – la grotte d’Azykh ; la réserve historico-architecturale d’État de Choucha et la mosquée de Govhar Agha dans la même ville, le musée du pain et le théâtre d’Aghdam, des centaines d’autres mosquées, des bâtiments d’infrastructure culturelle et sociale à Aghdam, Fuzuli, Djabraïl, Zanguilan, Gubadli et dans d’autres districts ont également été la cible du vandalisme arménien. Les mosquées ont été transformées en étables pour les porcs et le bétail pendant l’occupation des territoires azerbaïdjanais par l’Arménie.

Aghdam est surnommée « Hiroshima du 21e siècle » et « Hiroshima du Caucase » par les journalistes et chercheurs internationaux.

L’agence spatiale azerbaïdjanaise Azercosmos a mis en œuvre 27 projets dans les régions du Karabakh et du Zangazour oriental afin d’obtenir par le biais du satellite Azersky des données sur les dommages subis par de multiples installations de diverses désignations dans 889 localités des unités administratives et territoriales libérées. La société a également préparé des schémas pour documenter l’état d’avant-guerre des colonies.

Lire aussi

Champ de mines au Haut-Karabakh

DEPUIS 2 ANS, L’ARMÉNIE FAIT SEMBLANT DE S’INTÉRESSER À LA PAIX

Anastasia Lavrina, analyste politique, journaliste Au cours des derniers mois, la situation dans la région …