LES PROPOS INSULTANTS SUR LES MUSULMANS ET LE PROPHÈTE ENTRAINENT L’INDE DANS UN CONFLIT AVEC LES ÉTATS DU GOLFE

Les commentaires « insultants » de la porte-parole du parti au pouvoir, le Bharatiya Janata, suscitent la colère au Moyen-Orient, et entraîne l’Inde dans un véritable conflit diplomatique.

Lors d’un débat télévisé il y a 10 jours sur la chaîne d’information de droite indienne Times Now 1, Madame Nupur Sharma, porte-parole du parti au pouvoir, le Bharatiya Janata party (BJP), a fait des commentaires désobligeants sur le culte musulman et le Prophète Mohammad et s’est moquée de son adversaire musulman du débat.

Suite au tollé suscité par ces commentaires, Naveen Kumar Jindal Jindal, responsable des médias, a posté un tweet sur le prophète – qu’il a depuis supprimé – qui a également provoqué la colère des pays arabes.

Les gouvernements du Qatar, du Koweït, de l’Iran, de l’Arabie Saoudite, d’Oman, de l’Afghanistan et du Pakistan ont qualifié ces commentaires d' »insultants ».

L’ambassadeur indien au Qatar, Deepak Mittal, a été convoqué et a reçu une réprimande officielle « exprimant la déception de l’État du Qatar et son rejet total et sa condamnation des remarques controversées faites par un responsable du parti au pouvoir en Inde contre le prophète Mahomet ». Le Qatar a exigé des excuses du gouvernement indien, l’accusant de provoquer « un cycle de violence et de haine ». Lolwah al-Khater, ministre adjoint des affaires étrangères du Qatar, a déclaré que l’Inde atteignait des « niveaux dangereux » de discours islamophobes.

Le ministère des affaires étrangères du Koweït a également convoqué son ambassadeur indien, Sibi George, et lui a remis une note de protestation.

Le grand mufti d’Oman, Ahmad bin Hamad al-Khalili, a eu des mots forts, condamnant « la grossièreté insolente et obscène du porte-parole officiel du parti extrémiste au pouvoir en Inde contre le messager de l’Islam ».

Quant au nouveau premier ministre pakistanais, Shehbaz Sharif, qui avait récemment envoyé des messages conciliants à son homologue indien, Narendra Modi, il a déclaré que ces commentaires étaient un exemple de la façon dont « l’Inde sous Modi piétine les libertés religieuses et persécute les musulmans ».

Alors que les appels au boycott des produits indiens commençaient à gagner du terrain dans le Golfe, un important partenaire commercial et énergétique de l’Inde, le gouvernement du BJP a tenté de rejeter les commentaires en les attribuant à des « éléments marginaux » au sein du parti et a déclaré qu’ils « ne reflètent en aucune manière les opinions du gouvernement de l’Inde ».

Le parti au pouvoir, le Bharatiya Janata party (BJP), a déclaré que « des mesures énergiques ont déjà été prises contre ceux qui ont fait ces remarques désobligeantes ».

La porte-parole nationale, Nupur Sharma, et le responsable des médias de Delhi, Naveen Kumar Jindal ont été immédiatement démis de leurs fonctions.

Un climat islamophobe persistant en Inde

Toutefois, de nombreux observateurs ont fait remarquer que les deux porte-parole n’avaient fait l’objet d’aucune action lorsque leurs commentaires avaient été signalés pour la première fois il y a plus d’une semaine par des musulmans et des militants des droits civiques en Inde. Au lieu de cela, des partisans du BJP ont appelé à l’arrestation du journaliste qui avait dénoncé les commentaires islamophobes sur les médias sociaux.

Sur les chaînes de télévision d’information de droite indiennes, la rhétorique anti-musulmane est exposée chaque soir par les partisans du BJP, mais elle est rarement, voire jamais, accompagnée d’excuses ou de rétractations.

L’incident a mis en évidence la tension croissante entre les politiques intérieures du BJP – un parti nationaliste hindou accusé de marginaliser systématiquement et de superviser la persécution des 200 millions de musulmans du pays – et les objectifs stratégiques étrangers de l’Inde et son commerce croissant avec le monde musulman. Près de 40 % des besoins en gaz de l’Inde proviennent du Qatar et environ 6,5 millions d’Indiens vivent dans la région du Golfe.

L’incident diplomatique s’est produit alors que le vice-président indien, M. Venkaiah Naidu, se rendait au Qatar pour approfondir les liens entre les deux pays.

La décision d’expulser Sharma et Jindal a suscité la colère de certains partisans du BJP, qui ont qualifié la décision de « lâche ». Une vidéo circule en ligne montrant le leader militant de l’Hindutva, Yati Narsinghanand, doubler ses commentaires sur le prophète Mahomet et qualifier tous les musulmans de « criminels ».

Un rapport du département d’État américain publié la semaine dernière fait état de meurtres, d’agressions et d’intimidation des minorités religieuses en Inde. Le gouvernement indien s’est hérissé en réponse, qualifiant le rapport de « mal informé » et « partial ».

Lire aussi

LA MAUVAISE CROISADE

Par Jean-Michel Brun S’il est une « mauvaise » croisade, dans la mesure où une croisade peut …