Père Denis Chautard
Père Denis Chautard

UNE PRÊTRE DE VERNON S’ENGAGE POUR LA CRÉATION D’UN CARRÉ MUSULMAN

Depuis la crise du coronavirus, la saturation des espaces dédiés aux musulmans dans les cimetières est devenu un problème critique, d’autant que sur les 35 000 communes françaises, 600 seulement possèdent un carré musulman. A Vernon, dans l’Eure, certains habitants, parmi lesquels le boxeur Boubakar Niakaté, réclament un carré musulman au sein du cimetière communal.

François Ouzilleau, le Maire de la ville, souhaite s’en tenir à la possibilité d’orienter certaines tombes vers la Mecque, mais refuse le regroupement au sein d’un carré musulman au nom de la laïcité.

C’est un prêtre catholique, le Père Denis Chautard, qui est venu au secours des musulmans, en plaidant leur cause auprès de la Mairie.

« J’interviens très rarement dans les débats publics et sur les enjeux de société car je pense que cela relève d’abord de la conscience de chacun. Je me permets de m’exprimer sur un sujet sensible et bien douloureux pour nos compatriotes de confession musulmane à Vernon », écrit-il au maire.  « En cette période de confinement, nos compatriotes de confession musulmane ne peuvent plus rapatrier les corps de leurs défunts pour les enterrer dans leurs pays d’origine – comme c’était jusqu’à présent le cas pour 80% d’entre eux et ils ne peuvent pas enterrer leurs morts dans les carrés musulmans des grandes villes les plus proches (Mantes la Jolie…) faute de place. A Vernon les cimetières ne comportent pas de « carré musulman » comme cela est rendu possible – sous conditions – par la loi ».

 « Comme vous le savez », poursuit Denis Chautard, «  les rites funéraires musulmans sont très importants pour cette communauté comme pour toutes les autres. La communauté musulmane est très attachée au fait que le défunt n’est pas « isolé » mais qu’il demeure ancré dans sa communauté, que les corps sont réunis au cimetière et orientés en direction de La Mecque.Le fait de donner la possibilité à la communauté musulmane de regrouper les corps de ses défunts à l’intérieur du cimetière ne contrevient en aucune manière à la loi de la laïcité qui est l’un des piliers de notre république. Au contraire même, en respectant le culte musulman et en lui donnant sa juste place nous faisons œuvre d’une république qui s’enrichit de la diversité de ses enfants ». « Je sais », ajoute-t-il, « que le regroupement des morts fait partie de la tradition musulmane très ancienne. Le fait que les âmes des défunts soient réunies dans des tombes côte à côte signifie que même dans la mort, on n’est pas seul, le mort est avec ses frères. »

Le prêtre a ensuite tenu à rendre hommage « aux nombreux musulmans morts pour la France – et en particulier au cours de la grande guerre (1914-1918) « 

Il conclut sa lettre par cet appel au maire : « Je vous serai particulièrement reconnaissant de l’œuvre de justice, de paix et de fraternité que vous ferez en direction de la communauté musulmane de Vernon ».

Le Père Denis Chautard, un humaniste, militant du dialogue inter-religieux.

Denis Chautard est prêtre de la Mission de France, retraité de l’Education Nationale, secrétaire de l’Association d’Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier Catholique des personnels de la Préfecture de Police de Paris.

Né à Privas, en Ardèche en décembre 1948, il a été informaticien, puis prêtre à Grenoble, avant de rejoindre le diocèse d’Evreux où il a exercé conjointement son office liturgique et le métier d’enseignant en programmation. Il est actuellement prêtre participant à la paroisse Saint Louis Pays de Vernon.

Cet humaniste, qui croit fermement aux valeurs de la solidarité, de l’entraide, de la bienveillance, a créé un blog dans lequel il partage ses convictions. Il milite pour l’insertion des migrants, et participe activement au dialogue inter-religieux. Il invite ainsi régulièrement à Vernon des rabbins et des imams, et entretient des liens étroits avec la communauté musulmane de la commune.

Denis Chautard est aujourd’hui l’un des cinq aumôniers des principaux cultes de France officiant dans la structure créée à la Préfecture de police de Paris après les attentats de 2016 pour apporter un soutien spirituel aux forces de police.

Naturellement, cette volonté de dialogue et de tolérance lui a valu quelques foudres de la part de certains milieux qui l’accusent de faire le jeu du communautarisme, auxquels il répond par son attachement aux termes de la loi 1905 : « Accorder aux musulmans un espace où enterrer leurs morts, ce n’est pas du communautarisme mais de la bienveillance et cela honorerait la République française ».

« Croire en Dieu, c’est croire en l’homme » aime à rappeler Denis Chautard.

Lire aussi

LA MAUVAISE CROISADE

Par Jean-Michel Brun S’il est une « mauvaise » croisade, dans la mesure où une croisade peut …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code