SÉPARATISTES, LES MUSULMANS ? NON. SIMPLEMENT ABSENTS.

Ce jeudi 23, la France se mobilisait. A Marseille, 80 000 personnes défilaient, depuis le vieux port jusqu’à la Porte d’Aix, en passant par le MUCEM. Tout le monde était là. Tous les syndicats, les étudiants, même les gays avec leur drapeau arc-en-ciel. Tout le monde ? Pas tout à fait. Les communautés musulmanes étaient totalement absentes.

Où étaient les maghrébins de la première ville arabe de France ? Où étaient les Sénégalais, les Comoriens, si prompts à manifester chaque semaine pour leurs revendications internes ?

Alors de deux choses l’une : ou bien les musulmans sont pleinement d’accord avec la politique de l’Elysée, ce qui est leur droit le plus absolu. Mais alors pourquoi se plaignent-il de la discrimination d’État dont ils sont victimes ? Ou bien ils pensent que cela ne les concerne pas, alors ils n’ont pas de légitimité à s’en plaindre. Comment peut-on revendiquer des droits dans ce pays si on se désintéresse à ce point de la vie politique ? Le ministre de l’intérieur a tort de voir dans les musulmans de ce pays des « séparatistes ». Non ils ne sont pas séparatistes, ils sont tout simplement absents, recroquevillés sur leur propre nombril. On pourrait à la rigueur avancer la raison de la fatigue du premier jour de ramadan mais on a pu constater la même indifférence lors des précédentes manifestations. Le ramadan n’est-il pas le mois de la solidarité ?

La sous-représentation des musulmans en France n’est pas la faute d’un hypothétique plafond de verre politique. Elle est de la responsabilité des musulmans eux-mêmes. Pensent-ils qu’ils n’ont rien à apporter à la France ? Alors ils donnent raison à ceux qui cherchent à en faire des citoyens de seconde zone.

Soyez de gauche, soyez de droite. Votez Melenchon, Macron, ou même Le Pen, mais engagez-vous. Sinon vous serez les acteurs de votre propre perte.

Lire aussi

LE MAROC ET L’AZERBAÏDJAN RESSERRENT LEURS LIENS ET S’AFFRANCHISSENT DES VISAS

Le Maroc et l’Azerbaïdjan ont conclu, le 4 mai 2024, en marge de la 15e Conférence …