PORTRAITS DU KARABAKH : RAMIZ GAMBAROV

Tandis que les medias français, en faisant une large place aux discours des activistes arméniens, présentent ceux-ci comme les victimes d’une agression, et occultent la réalité des atrocités commises par les commandos séparatistes arméniens en Azerbaïdjan, il est bien difficile, pour un journaliste, de présenter un autre discours, celui d’une occupation miliotaire impitoyable et contraires aux lois internationales.

Depuis la fin de la guerre de 44 jours qui a permis à l’Azerbaïdjan de reconquérir la quasi totalité de son territoire, les langues se délient, malgré la pression exercée par une partie de la diaspora arménienne en France.

Anastasia Lavrina, journaliste à la chaîne azerbaïdjanaise CBC TV, livre, en compagnie du célèbre photographe Reza une série de témoignages sur ce que fut la première guerre du Karabakh et une occupation au cours de laquelle la région fut totalement saccagée et détruite.

En voici le premier épisode :

Lire aussi

INCENDIE DE LA SYNAGOGUE DE ROUEN, OU COMMENT INSTRUMENTALISER L’IGNOMINIE

Vendredi 17 mai 2024, dans la matinée. Un homme, armée d’un couteau, commence à mettre …