L’ÉTAT FERME LES COMPTES BANCAIRES DE PLUSIEURS MOSQUÉES DU RHÔNE

Format de fichier :EPS CrŽŽ par: Adobe Photoshop Version 7.0 Date: 26/12/05 17:54 Nom: 31.eps

Kamel Kabtane, le président du Conseil des mosquées du Rhône (CMR), n’en peut plus des obstacles mis systématiquement par le gouvernement dans la pratique du culte musulman. Dans un dans un communiqué publié lundi 15 novembre, il dénonce le fait que que les comptes bancaires de plusieurs mosquées du département ont été bloqués par les banques. Une pratique jugée “abusive” et “injuste” par l’intéressé, qui relève qu'”aucune infraction, qui justifierait ces fermetures de compte, n’a été relevée”.

A l’origine, le harcèlement d’une structure spécialisée : “Tracfin”, censée veiller à ce que des fonds bancaires ne servent pas à alimenter le banditisme ou le terrorisme.

En réalité, comme la CIA du temps de Hoover à l’égard des communistes, elle permet surtout de cibler les musulmans français. L’objet du délit : les pièces de monnaie et les billets mis en banque par les mosquées pendant le prière du vendredi.

“Ce sont simplement les musulmans qui donnent de l’argent liquide lors de la quête.” s’insurge le président du CMR, “Quand on ramasse cet argent, on le vire directement à la banque. Pour se prémunir de tout problème avec cet argent liquide, les banques ne veulent plus ouvrir de comptes aux mosquées. Il n’y a pas la culture de la carte bancaire dans les mosquées”.

Des mosquées en travaux ont également vu leurs comptes bloqués, comme à Vaulx-en-Velin. “Même si la salle de prière n’est pas ouverte, les fidèles viennent faire des dons dans la petite salle attenante pour aider aux travaux”, rappelle Kamel Kabtane.

Mais Tracfin n’en démord pas : ces dons en espèces “peuvent donner lieu à des dévoiements à d’autres fins que celles prévues par leur objet, notamment le financement, sur le territoire d’activités liées à la radicalisation religieuse, un risque de financement du terrorisme, sur le territoire et à l’étranger, et un risque de détournements de fonds”

Va-t-on également interdire les quêtes dans les Eglises ?

On croit entendre Gérald Darmanin, ou Eric Zemmour… La voix de son maître…

Tracfin précise sa belle mission : être attentif à “la construction de centres cultuels et culturels et le développement d’activités sociaux-éducatives (cours de langue et de religion, soutien scolaire, aide sociale) dans une perspective de promotion de la radicalisation.”

Comme dit le diction “Quand on veut noyer son chien, on l’accuse de la rage”

Si ce n’est pas de la discrimination et du racisme, très honnêtement, il faut tout de même convenir que cela y ressemble.

Naturellement, lorsqu’on demande des explications à Tracfin, c’est la grande muette : “Tracfin ne communique jamais sur son activité opérationnelle”

Il faut dire que Tracfin est puissant. Il a condamné en 2018 la Banque Postale à 50 millions d’Euros pour ne pas avoir pris de mesures suffisantes pour surveiller les comptes. Du coup, les banques ne prennent plus de risques. A la moindre pièce de monnaie sur un compte musulmans, elles sortent l’artillerie lourde.

Kamel Kabtane, exprime « sa profonde inquiétude face à ces pratiques, qu’il déplore et qu’il juge abusives et injustes, et ce d’autant plus qu’aucune infraction qui justifierait ces fermetures de compte, n’a été relevée ».

Il alerte l’Etat contre ces abus « qui mettent à mal les mosquées et les empêchent de mener leurs actions et leurs projets, dans la sérénité, le respect absolu des lois et dans un souci de transparence » et demande aux pouvoirs publics « de prendre toutes les dispositions nécessaires pour interdire ces fermetures injustifiées et rétablir le droit inaliénable de disposer d’un compte en banque pour tout citoyen français ».

Lire aussi

COMMENT LE CORAN ABORDE LA QUESTION DE L’ÉVOLUTION ENVIRONNEMENTALE

Par Abdelilah BENMESBAH – Université Ibn Tofail – Maroc Lorsque Dieu a voulu orienter l’homme …