LES JUIFS D’AZERBAÏDJAN

16 000 Juifs vivent en Azerbaïdjan. Il existe trois communautés juives : 11 000 juifs des montagnes, 4 300 Juifs ashkénazes (européens) et 700 Juifs géorgiens. Environ 6 000 Juifs vivent dans la capitale Bakou, 4 000 dans la ville de Quba et 1 000 dans d’autres villages ou villes. Krasnaya Slobada (Le village rouge – ou Le beau village) est une petite ville se trouvant dans la municipalité du district de Quba et qui est le seul endroit de l’ex-URSS où les Juifs des montagnes vivaient et vivent toujours ensemble. Elle compte 3598 habitants et est considérée comme la seule ville entièrement juive au monde en dehors d’Israël et des Etats-Unis. Il y a trois synagogues dans le district et un mikwa construit à des fins rituelles. Il existe également des synagogues juives dans la capitale Bakou et dans la ville d’Oghuz.

Quand les Juifs se sont-ils installés en Azerbaïdjan ?

juifs de montagne en Azerbaïdjan
Juifs de montagne. Photo @Maya Baghirova

On pense que les ancêtres des Juifs des montagnes ont émigré non seulement d’Iran et de Mésopotamie pendant l’empire sassanide entre le V-VIème siècles, mais également de l’Empire byzantin pour s’installer dans le Caucase oriental, y compris dans le Nord de l’Azerbaïdjan. Les érudits ont longtemps soutenu que les Khazars turcs, la principale population du Khaganat turc de la région Caspienne, qui a été fondée au VIIème siècle et s’est effondrée dans la seconde moitié du Xème siècle, avaient des liens ethniques avec les Juifs. On sait que le judaïsme a été déclaré religion d’État dans le Khaganat de la région Caspienne et qu’une partie de la population et la dynastie au pouvoir ont adopté le judaïsme. En 1254, le voyageur flamand B. Rubrukvis (Rubruk) a noté qu’un grand nombre de Juifs vivaient dans toutes les régions du Caucase oriental, à la fois au Daghestan et en Azerbaïdjan. Des chercheurs tels que Mordechai Altshuler, Amiram Barkat et Inga Saffron pensent qu’il existe des liens entre les Juifs des montagnes et les Juifs iraniens et de Boukhara, et que les Juifs des montagnes sont devenus une communauté ethnique indépendante au VIème siècle

On dit que les Juifs des montagnes vivaient en Albanie du Caucase, qui se trouvait dans le Caucase du Sud actuel dans les années 705. Il est également connu qu’ils étaient de braves guerriers comme leurs voisins. Des vestiges d’un district juif du VIIème siècle ont été découverts près de Bakou et à 25 kilomètres de Quba.

D’où vient le terme « Juifs des montagnes » ?

Les Russes, qui ont envahi le Caucase dans la première moitié du XIXème siècle, ont été surpris de voir des Juifs à cheval et en civil dans les montagnes du Caucase, les appelant « Juifs des montagnes ».

Lire l’article : « Interview de Malikh Yevadayev, président de la communauté des « Juifs de montagne »

Le « Village rouge », situé dans le district de Quba sur la rive gauche de la rivière Gudyalchay, et a été construit au XVIIIème siècle sous le khanat de Quba. Anciennement connu sous le nom de « district juif », il est également connu sous le nom de « Jérusalem du Caucase ».

Après les Juifs des montagnes, la plus ancienne communauté juive d’Azerbaïdjan est celle des Juifs géorgiens. Les Juifs géorgiens, qui se font appeler « Ebraeli » ou « Israélites », sont membres d’un groupe sous-ethnique juif de langue géorgienne qui vit en Géorgie depuis l’Antiquité. En 1997, avec le soutien financier du Comité juif « Joynt », la synagogue des Juifs de Géorgie a été restaurée.

Les Ashkénazes vivant en Azerbaïdjan ont vécu en Europe centrale au Moyen Âge. Dans la littérature juive médiévale, le nom « ashkénaze » faisait référence aux juifs vivant sur les rives du Rhin, et plus tard dans les terres allemandes. Le terme est dérivé du nom donné à l’Allemagne par les Juifs au Moyen Âge.

L’implantation des Ashkénazes en Azerbaïdjan remonte à l’occupation de la Russie tsariste. Les premiers Ashkénazes s’installent à Bakou en 1832. En raison du boom pétrolier à Bakou à la fin du XIXème et au début du XXème siècle, le nombre de Juifs dans la ville, y compris des Ashkénazes, a augmenté rapidement. En 1897, il y avait plus de 2 000 Juifs à Bakou, dont la plupart étaient ashkénazes. Ensuite, la suite aux massacres de Juifs à Chisinau en 1903, Odessa en 1905, Bialystok en 1906, ainsi que dans d’autres parties de l’Empire russe, de nombreux Ashkénazes se réfugient en Azerbaïdjan et principalement à Bakou. Les Ashkénazes, qui ont trouvé refuge en Azerbaïdjan pour échapper aux massacres, y ont trouvé une seconde patrie. Une synagogue a été construite et mise en service à Bakou en avril 2011. Chaque année, le peuple juif célèbre le Nouvel An – Roch Hachana – et le président de la République d’Azerbaïdjan adresse ses voeux à la communauté juive. En 2010, le centre éducatif Khabad-Or-Avner a été construit par la Fondation Heydar Aliyev et la Fondation internationale Or-Avner dans le cadre du projet « Adresse de la tolérance : Azerbaïdjan » pour les enfants juifs vivant à Bakou.

Synagogue à Bakou

L’hébreu est enseigné à la Faculté des études orientales de l’Université d’État de Bakou, ainsi qu’à l’école secondaire Agabey Novruzbeyli à Bakou.

Les communautés juives d’Azerbaïdjan participent activement à la vie publique. On y compte de nombreuses associations, comme la Société d’amitié Azerbaïdjan – Israël, l’Agence juive Sokhnut, et des grandes organisations caritatives juives telles que Coynt, Vaad-L-Khatzola, l’Association humanitaire des femmes juives azerbaïdjanaises, les écoles religieuses juives (Yeshiva), l’association Hava, qui promeut les eelations culturelles Azerbaïdjan-Israël.

Il y a sept synagogues en Azerbaïdjan. La communauté juive a donné à l’Azerbaïdjan de nombreuses personnalités : des généraux, des héros nationaux, des poètes, des écrivains, des hommes d’État, des hommes d’affaires, des médecins, des chanteurs, des journalistes, des artistes, etc.

Lire l’article : « Moi, Maya, juive et azerbaïdjanaise »

Statue d’Albert Agunarov

Albert Agarunov, par exemple, un militaire azerbaïdjanais qui a combattu contre les forces armées arméniennes en 1992, est considéré comme un héros national de l’Azerbaïdjan. A Bakou, une rue et une école portent son nom, et une statue a été inaugurée en son honneur en avril 2019.

Par Hadji Abdullah
Traduction française : Farhad Taghizade

Lire aussi

Champ de mines au Haut-Karabakh

DEPUIS 2 ANS, L’ARMÉNIE FAIT SEMBLANT DE S’INTÉRESSER À LA PAIX

Anastasia Lavrina, analyste politique, journaliste Au cours des derniers mois, la situation dans la région …