MOI, MAYA, JUIVE ET AZERBAÏDJANAISE

L’Azerbaïdjan est un pays laïc, où la religion et l’État sont strictement séparés. Une laïcité affirmée par la constitution, qui garantit la liberté de conscience. Les lieux de cultes sont toutefois placés sous la protection du Comité d’État pour le travail avec les organisations religieuses, un ministère dirigé par Mubariz Gurbanli.

Les musulmans représentent 94,7 % de la population du pays, dont environ 85 % de chiites et 15 % de sunnites. Ils côtoient des juifs, des chrétiens orthodoxes russes, géorgiens, des chrétiens albaniens-oudies, des zoroastriens, des catholiques, des protestants, des chrétiens arméniens, etc… Le Pape Jean-Paul II, en visite à, Bakou en 2002, le le Pape François en 2016, ont tous les deux rendu hommage à l’esprit de tolérance qui règne en Azerbaïdjan. Au total, ce sont plus de 40 minorités religieuses et ethniques qui sont présentes dans le pays.

Maya Baghirova. Photo Manon Caveribere

Maya Baghirova a 27 ans. Elle est née à Bakou. Elle fait partie de cette communauté juive dont une grande partie habite à Krasnaya Sloboda, le « village rouge », la seule ville au monde, hors Israël et USA, à être 100% juive. Bakou, Gouba, Soumgaït, Oghuz, abritent également d’importantes communautés juives. Elle a habité en Israël avec ses parents pendant 3 ans avant de revenir dans son pays natal, où elle s’est de nouveau parfaitement intégrée.

Photo Maya Baghirova

Maya a d’abord été diplômée du conservatoire de violon de Bakou avant de choisir une voie très différente, le photo-journalisme. Elle a ainsi pu témoigner des destructions opérées par les forces arméniennes dans les villes d’Azerbaïdjan, ainsi que de la destruction des mosquées, cimetières, églises, et vestiges archéologiques azéris dans le Haut Karabakh. Rappelons qu’au total 706 monuments historiques, 7000 bâtiments publics, 693 écoles, 855 crèches, et 150 000 maisons ont été détruites ou fortement endommagés.

Destructions à Gandja
Photo Maya Baghirova

Maya vécut très mal le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Les régions tenues par les arméniens étant systématiquement vidées de leurs populations non arméniennes (Près de 1 200 000 azéris ont été expulsés ou ont du fuir les régions occupées par les Arméniens), elle était particulièrement inquiète pour sa famille qui habitait dans la région de Gazagh, non loin du Haut Karabakh, sur la frontière avec la République d’Arménie. Pour elle, la victoire azerbaïdjanaise fut un véritable soulagement.

Maya vit aujourd’hui entre l’Azerbaïdjan et la France, et a du mal à comprendre l’attitude des autorités françaises qui, malgré leur rôle d’arbitrage dans le Groupe de Minsk, et malgré leur position de champion de la laïcité, affichent clairement leur position pro-arménienne. Pourtant, l’Azerbaïdjan est pour elle un modèle de tolérance et de laïcité, agressée par une nation mono-ethnique et raciste. Alors, elle espère qu’un jour la France prendra peut-être exemple sur l’Azerbaïdjan et retrouvera l’esprit de la véritable laïcité.

GALERIES DE PHOTOS DE MAYA BAGHIROVA
(Cliquez sur les images)

Lire aussi

ISLAM EN FRANCE : ARRÊTEZ CE BAZAR !

Par Jean-Michel Brun Individuellement, ce sont de braves gens, qui souhaiteraient que l’islam soit en …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code