HAUT-KARABAKH : UNE MINE D’OR POUR L’ARMÉNIE

Les droits de l’homme bafoués dans le Haut-Karabakh occupé ?

L’ONG « CAP Freedom of Conscience » (CAP Liberté de Conscience) (1) vient de lancer un avertissement à propos de la situation dans la région du Haut-Karabakh, encore contrôlée par les forces arméniennes sous la protection des «  Forces de la paix » russes, et notamment dans la ville de Khankendi (Stepanakert pour les séparatistes arméniens):

« Le 20 décembre 2022, Yuri Musaelyan, habitant de la ville de Stepanakert (centre de la région autoproclamée à population arménienne du Haut-Karabakh, alias Khankendi en azerbaïdjanais) a été roué de coups dans son appartement en présence des membres de sa famille, y compris ses enfants . Selon le compte Facebook de M. Musaelyan, sa seule « culpabilité » était d’avoir annoncé une manifestation pacifique contre la gestion de « l’administration du Haut-Karabakh » notamment pour remettre en cause la politique d’affrontement choisie par le « ministre d’Etat du Haut-Karabakh » récemment nommé Ruben Vardanyan, un milliardaire russo-arménien qui a fait fortune grâce à des opérations financières douteuses impliquant des oligarques russes de premier plan.

Envoyé depuis Moscou dans la partie du Karabakh contrôlé par les «forces de maintien de la paix» russe, au moment où l’Arménie et l’Azerbaïdjan, engagés dans des pourparlers sous la médiation de l’UE, déclaraient qu’ils avaient l’intention de signer un accord de paix d’ici la fin de l’année, M. Vardanyan a affirmé qu’il excluait la perspective d’une cohabitation entre les Azerbaïdjanais et la communauté arménienne du territoire sécessionniste.

Ainsi, l’apparition de M. Vardanyan, dont on connaît les liens étroits avec l’élite moscovite, dans la région a alimenté de nombreuses spéculations selon lesquelles il avait été envoyé au Karabakh à la demande du Kremlin pour s’assurer que la Russie y maintiendrait son influence grâce à la stratégie « diviser pour régner ».

Moins de 2 mois après l’accession au poste de gouverneur de facto de la région, R.Vardanyan a rompu les fragiles liens de coopération de l’administration locale avec les autorités azerbaïdjanaises. Début décembre, il a refusé la proposition du gouvernement azerbaïdjanais d’entreprendre une surveillance environnementale du gisement d’or et des mines de cuivre exploitées au Karabakh par les entreprises du groupe « Vallex », un monopole arménien des mines de cuivre étroitement lié à l’ancien président arménien Serj Sarkissian. , un autre allié de Poutine.

Pas plus tard que le 13 décembre, il a saisi le prétexte de l’éco-manifestation organisée contre le pillage des ressources naturelles du Karabakh par le groupe Vallex, organisée sur la route de Latchine par des militants azerbaïdjanais pour annoncer un blocage auto-imposé. de la région, alimentant davantage les griefs et la radicalisation des Arméniens locaux, déclenchant un autre cycle de représailles mutuelles et brisant ainsi tout espoir de paix à venir.

La récente radicalisation de la communauté arménienne locale ne met pas seulement en danger la fragile perspective d’un accord de paix arméno-azerbaïdjanais, mais masque les atteintes alarmantes aux droits de l’homme dont est victimes la communauté arménienne du Haut-Karabakh depuis trois décennies.

Ainsi, le passage à tabac de M. Musaelyan révèle une vérité soigneusement camouflée. Les 30 ans d’occupation ont permis de créer une zone de juridiction grise au Karabakh :

1. Les habitants de la région ont été contraints de se soumettre au règne d’anciens seigneurs de la guerre qui ont utilisé le «régime de mobilisation constante» pour se remplir les poches, asservissant de fait les citoyens locaux;

2. Les ressources naturelles ont fait l’objet d’une exploitation prédatrice par des entreprises telles que « Vallex », qui ne respectent pas les droits économiques et sociaux de ses employés et ont provoqué des catastrophes environnementales ;

3. Les opposants ont été, comme M. Musyaelyan, réduits au silence. Les Arméniens locaux, privés d’une juridiction internationalement reconnue, ont ainsi été empêchés de se défendre par le biais de mécanismes internationaux de protection des droits de l’homme tels que la CEDH.

Compte tenu de tout ce qui précède, CAP Freedom of Conscience lance une campagne de sensibilisation pour alerter les acteurs internationaux sur la situation des Arméniens du Karabakh en matière de respect des droits de l’homme, et pour promouvoir une paix durable dans la région. Étant donné que les activités des « entreprises du groupe Vallex » dans la région représentent le symbole de la privation des droits humains fondamentaux des résidents du Karabakh, nous avons choisi le titre « Anti-Vallex » comme devise de la campagne.Nous invitons tous les résidents locaux intéressés et principalement du Karabakh à partager avec nous toutes les informations concernant les cas de violations des droits de l’homme au Karabakh, y compris, mais sans s’y limiter, la violation des normes environnementales par « Vallex » et d’autres.

Vallex, un groupe aux habitudes singulières

Qu’est-ce donc que ce groupe Vallex, qui a exploité les mines du Karabakh pendant l’occupation arménienne, et qui continue de les exploiter autour de Khankendi, bien que la région soit internationalement reconnue comme azerbaïdjanaise ?

Plusieurs groupes industriels alliés aux groupes militaires arméniens qui ont participé aux guerres contre l’Azerbaïdjan ont profité de l’occupation pour s’enrichir de manière substantielle. Les districts de Latchine, Kalbajar ou Zangilan par exemple possèdent un sol riche en gisements d’or, d’argent, de mercure, de cuivre, et de plomb . On y trouve également du charbon. Les mines d’or de Zangilan, par exemple, furent largement exploitées à l’époque soviétique.

Le groupe Vallex est un conglomérat assez opaque, dirigé par Valeriy Mejlumyan et Arthur Mkrtumyan, et domicilié à Genève. il officie notamment dans l’industrie minière, la métallurgie, l’électronique et l’hôtellerie. Il a notamment exploité la mine d’or de Venjali dans la province azerbaïdjanaise de Zangilan, au bénéfice d’une autre figure de la finance arménienne, Vartan Sirmakes, PDG et co-fondateur de la célèbre marque suisse de montres de luxe Franck Muller, une entreprise florissante qui fait un chiffre d’affaires de 300 millions d’euros.

En 2015, Sirmakes rencontrait le premier ministre arménien en lui promettant de faire prospérer le Karabakh et de créer des emplois. En échange, il pouvait puiser à satiété dans les mines d’or de la région.Entre 2099 et 2017, le groupe Vallex a réalisé un bénéfice de 177,5 millions de dollars sur les gisements de métaux précieux du Karabakh occupé. En 2014, Sirmakes avait d’ailleurs signé avec le gouvernement arménien un projet d’usine de traitement des métaux précieux extraits au Karabakh. L’usine devait être opérationnelle d’ici 2020. Des poursuites judiciaires ont été intentées par l’Azerbaïdjan contre l’homme d’affaires arménien qui a été nommé en 2011 Consul d’Arménie à Marseille.

___________________________________________________________

1. CAP Freedom of Conscience est une ONG européenne laïque dotée du statut consultatif auprès des Nations Unies , créée en 1995 et dédiée à la protection du droit à la liberté de religion et de conviction.
CAP Freedom of Conscience combat toutes les formes de discrimination fondée sur la religion ou les convictions en alertant les instances européennes et internationales.
CAP Freedom of Conscience recueille des témoignages de discrimination et de violations des droits de l’homme affectant les communautés religieuses ou de conviction afin de les diffuser auprès des instances internationales, et afin de les sensibiliser et les informer ainsi que de générer un débat sur la protection de la liberté de religion et de conviction .
CAP Freedom of Conscience plaide également pour que tout groupe religieux ou spirituel confronté à la discrimination fasse reconnaître son droit à la liberté de religion et de conviction.
CAP Freedom of Conscience est membre de la Fédération européenne pour la liberté de croyance (FOB), du Réseau européen des religions et des croyances ( ENORB) et participe à la plateforme de la société civile des droits fondamentaux créée par l’Agence des droits fondamentaux de l’UE DAFOH Partners in Combating et empêcher le prélèvement forcé d’organes.

Lire aussi

AFFAIRE IQUIOUSSEN, SAISON 4

Le Maroc ayant finalement accepté de délivrer un laisser-passer à Hassan Iquioussen, celui-ci a été …