ESPÉRONS


René Guénon, Abdelwahîd Yahya, évoquait « l’âge sombre », soumis au « règne de la quantité », où le matériel l’emporterait sur le spirituel, entraînant « La crise du monde moderne ».
Ainsi qu’il l’avait prédit, l’Islam, en dépit des tempêtes, des travestissements qui parodient sa vérité, continue de montrer le chemin de la spiritualité, de la paix, de l’amour, à une humanité qui ne trouve plus ses repères.

Mohammad Al Issa, met la Ligue Islamique Mondiale au service des plus démunis, quels qu’ils soient. L’Azerbaïdjan conduit une délégation inter-religieuse au Vatican, pour promouvoir le dialogue et la paix. En France, la jeunesse, un sondage vient de le démontrer, aspire à une société tolérante, bienveillante, sans rejet ni ostracisme.

Alors que l’on traite d’islamo-gauchistes ceux qui osent remettre en question l’Histoire officielle, alors qu’on ferme des écoles, cette actualité le prouve, le spirituel est le meilleur remède à l’entropie d’un monde qui s’égare, s’agite en tous sens, se débat contre ses chimères au risque de précipiter sa noyade.

De même que les musulmans prient sans fermer les yeux pour ne pas perdre la conscience de leur appartenance à l’univers, cessons de gémir et espérons. Sachant que l’espoir est du côté de ceux qui gardent les yeux grands ouverts et se battent pour leur liberté.

Jean-Michel Brun

Lire aussi

LE BAL DES VAUTOURS

A glacer le sang.Victime innocente d’un assassin psychopathe, son seul tort fut d’être là au …