BRIGITTE BARDOT À NOUVEAU CONDAMNÉE POUR INJURES PUBLIQUES

Brigitte Bardot avait qualifié en 2019 les habitants de La Réunion, département français de l’océan Indien, d’« autochtones ayant gardé leurs gènes sauvages ».

Elle a été condamnée jeudi 4 novembre par la justice à 20 000 euros d’amende pour injures publiques.

Poursuivi pour complicité d’injures publiques, Bruno Jacquelin, l’attaché de presse de l’ancienne actrice française de 85 ans, a été condamné à 4.000 euros d’amende. À la demande de son employeuse, il avait transmis le courrier litigieux, dans lequel figurent les propos poursuivis, à plusieurs médias.

Le 7 octobre, lors du procès, le parquet avait requis 25.000 euros d’amende à l’encontre de l’ancienne star qui s’est engagée dans la défense de la cause animale et 5.000 euros contre son collaborateur.

Créatrice d’une fondation portant son nom et œuvrant à la protection des animaux, elle avait adressé en mars 2019 une lettre ouverte à Amaury de Saint-Quentin, alors préfet de La Réunion. Se disant « envahie par des lettres (…) dénonçant la barbarie que les Réunionnais exercent sur les animaux », Brigitte Bardot avait affirmé que « les autochtones ont gardé leurs gènes de sauvages ». Elle avait aussi comparé La Réunion à « l’île du diable » avec « une population dégénérée encore imprégnée (…) des traditions barbares qui sont leurs souches ».

Ces propos outranciers avaient provoqué une grande indignation dans l’île.

Annick Girardin, à l’époque ministre française des Outre-mer, avait adressé une lettre ouverte à Mme Bardot. « Le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit » avait-elle rappelé.

Le député Jean-Hugues Ratenon (LFI, gauche radicale), plusieurs associations antiracistes françaises ainsi que des associations et groupements religieux hindous avaient ensuite porté plainte contre l’ancienne actrice.

Brigitte Bardot avait présenté des excuses aux Réunionnais en justifiant sa colère par ce qu’elle estime être le « sort tragique » des animaux dans l’île.

« C’est de la bêtise. Elle parle de réminiscences de cannibalisme, là ce sont des réminiscences de pensée colonialiste », s’est exclamé à l’audience maître Axel Vardin, avocats de Jean-Hugues Ratenon et des associations hindoues.

« Les paroles de madame Bardot sont injurieuses, blessantes », avait estimé la procureure Bérengère Prudhomme.

La défense des animaux, « c’est la vie de Brigitte Bardot ». La détresse animale « c’est une réalité à La Réunion », avait affirmé à l’audience son avocate Me Catherine Moissonier. Elle avait alors qualifié la Fondation Brigitte Bardot de « lanceuse d’alerte » vis-à-vis de la détresse animale.

Une récidiviste des dérives racistes

Rappelons que l’ex star du cinéma français n’en est pas à son coup d’essai.

Se réclamant proche du Rassemblement National, et affichant ouvertement son soutien à Marine Le Pen, elle avait déclaré en 1996 :«Voilà que mon pays, la France, ma patrie, ma terre, est de nouveau envahi (…) par une surpopulation étrangère, notamment musulmane à laquelle nous faisons allégeance.(…) Nous voyons fleurir des mosquées un peu partout en France alors que nos clochers d’église se taisent faute de curés. (…) Je pose la question (…) à ceux qui nous imposent le diktat des fameux droits de l’homme. Serai-je obligée de fuir mon pays devenu terre sanglante pour m’expatrier?»

Elle fut condamnée pour ses propos, mais ne semble pas avoir compris la leçon.

Celle qui fut l’icône de la “Nouvelle vague”, considérée comme la plus belle femme du monde, n’inspire plus aujourd’hui que tristesse et consternation. “La vieillesse est un naufrage” disait Charles de Gaulle. Hélas.

Lire aussi

ISLAM EN FRANCE : ARRÊTEZ CE BAZAR !

Par Jean-Michel Brun Individuellement, ce sont de braves gens, qui souhaiteraient que l’islam soit en …