Un nouvel attentat islamophobe à Lyon

14 août 2020

La nuit dernière, un incendie ravageait une partie de la petite mosquée Essalem située dans le 2ème arrondissement de Lyon. L’intervention rapide des pompiers a permis de circonscrire rapidement le sinistre qui n’a heureusement pas fait de victimes.

« L’incendie, semblerait-il, serait criminel, selon les premières informations que m’ont fait remonter les pompiers et les policiers », a déclaré le maire du 2e arrondissement Pierre Olivier.

Ainsi que le rappelle Mohammad Messaoui, président du CFCM, « la mosquée Essalam étant située au Rez-de-chaussée d’un bâtiment d’habitation, sans la vigilance des voisins et l’intervention rapide des pompiers, l’incendie aurait fait de nombreuses victimes parmi la population. »

C’est la seconde fois, en une semaine, que la région du Rhône est victime d’attentats islamophobes. Dans la nuit du 6 au 7 août, un incendie criminel avait détruit une partie de la mosquée Omar à Bron, une agglomération de la banlieue lyonnaise.

Ces actes insensés ont été vivement condamnés par Mgr Michel Dubost, Administrateur apostolique du diocèse de Lyon, dans un communiqué publié hier.
« Nous n’acceptons pas !
Nous ne nous habituerons pas !                        
Une fois encore on a mis le feu à une mosquée !

Nous ne connaissons pas les intentions des incendiaires.
Qu’ils sachent que rien ne justifie un tel acte.   
Qu’ils sachent que ce délit blesse notre métropole et atteint au cœur tous les croyants.      
       
En cette veille de la fête de Marie, j’appelle tous les catholiques à se faire solidaires de nos frères et sœurs musulmans. »

Gérard Darmanin, quant à lui, appelle à une vigilance accrue : « Je condamne la tentative d’incendie cette nuit dans la mosquée Essalam de Lyon, la 2ème cette semaine. Actes antimusulmans, antisémites, antichrétiens : ces agissements imbeciles et haineux sont contraires à tout ce qu’est la France. Je protégerai la liberté de culte« ,

Il n’en reste pas moins qu’il est essentiel que chacun à son  niveau, « fasse sa part » pour changer les mentalités, encourager le dialogue et la compréhension. Il faut aussi que la justice ait les moyens de réprimer avec la force qu’il convient, les actes discriminatoires quelles qu’en soient les victimes.

Jean-Michel Brun

Lire aussi

LE FAIT RELIGIEUX DANS L’ENSEIGNEMENT PUBLIC

Le dimanche 12 juin 2022, La Fraternité d’Abraham organisait, à la Mosquée de Paris, un débat sur le thème « Le fait religieux dans l’enseignement public ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code