RABBIN GABRIEL HAGAÏ : « POUR FAIRE LA PAIX, IL FAUT ÊTRE ENCORE PLUS BRAVE QUE POUR FAIRE LA GUERRE »

La journaliste Hinda Djeridi est allée à la rencontre du rabbin Gabriel Hagai poiur lui demander ses sentiments à propos des événements de Gaza.

Gabriel HAGAÏ est un rabbin orthodoxe franco-israélien, conférencier, linguiste, philologue, paléographe-codicologue, médiateur, poète, calligraphe et chanteur. Formé à Jérusalem et à Boston, il est enseignant-chercheur et chargé de cours dans diverses universités et instituts supérieurs parisiens. Très investi dans le dialogue interreligieux, il est membre actif et conseiller de plusieurs associations françaises et internationales promouvant la paix. Il est co-auteur des ouvrages : « Rites – Fêtes et Célébrations de l’Humanité (dir. Thierry-Marie Courau et Henri de La Hougue) », Bayard, 2012 ; « L’Aventure de la Calligraphie (dir. Colette Poggi) », Bayard, 2014 ; « Espérer l’Inespéré – 15 Témoins pour Retrouver la Confiance (dir. Gersende de Villeneuve) », Saint-Léger Éditions, 2016 ; « La Laïcité aux Éclats (avec Ghaleb Bencheikh, Emmanuel Pisani et Catherine Kintzler – dir. Sabine Le Blanc) », Les Unpertinents, 2018 ; et « Il Padre Nostro e i Rotoli di Qumran nel Lavoro Scientifico di Jean Carmignac (avec Roberta Collu et Hervé-Élie Bokobza) », LEF, Florence, 2019.

Ainsi que le souligne Gabriel Hagaï, le conflit qui ensanglante Gaza depuis le 7 octobre 2023 « n’est pas un conflit entre des peuples, mais un conflit politique. ». Ce n’est pas non plus un affrontement religieux : « D’ailleurs, tous les Palestiniens ne sont pas musulmans » rappelle-t-il, « il y a 30 à 40 % de chrétiens en Palestine. Avant le sionisme, il y avait 3% de Palestiniens juifs »

A ceux qui soutiennent l’idée que les bombardement de Gaza sont une réponse légitime aux attentats du Hamas, le rabbin répond : « Ce n’est pas un conflit symétrique : on a un pays avec une armée, contre une population qui est dominée, asservie, occupée, àl aquelle on dénie leurs droits. C’est un conflit qui a ses racines depuis plus de 100 ans avec l’arrivée de l’idéologie sioniste, nationaliste, coloniale. Les populations sont les otages de ces idéologies. Les victimes sont les juifs, qui se sont fait avoir par cette idéologie, et les palestiniens, qui étaient là et à qui on a volé leur terre, leur liberté et leurs droits ».

Quel enseignement spirituel tirer de cette tragédie ? Le rabbin Hagaï, qui est également maître-initiateur dans une tradition mystique non-dualiste du judaïsme séfarade remontant jusqu’à Moïse, nous rappelle que « la spiritualité nous dicte : « Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais ps qu’on te fasse », autrement dit si tu ne veux pas être victime de génocide, ne génocide pas les autres. Si tu veux qu’on te respecte, respecte les autres ».

« La lutte du peuple palestinien », conclut Gabriel Hagaï, « est complètement légitime. C’est un peuple qui a été occupé, qui a été massacré pendant des années par le gouvernement israélien. Parmi les israéliens, il y a beaucoup de gens qui veulent la paix, et pour faire la paix, il faut être encore plus brave que pour faire la guerre. La paix ne pourra être basée que sur la justice. »

Retrouvez l’intégralité de l’interview sur le Facebook de Hinda Djerdi : https://www.facebook.com/watch/hinda.djeridi/

Lire aussi

GAZA : LFI SAUVE (UN PEU) L’HONNEUR DE LA FRANCE

Après le massacre de civils palestiniens innocents lors d’un bombardement de l’armée israélienne sur un …