L’ÉGLISE CATHOLIQUE ET LES RELATIONS AVEC LES MUSULMANS

Depuis le concile Vatican II, l’Eglise catholique a entamé un dialogue profond et constructif avec le monde musulman.
La Conférence des Evêques de France vient de publier un excellent ouvrage qui retrace ce rapprochement, plus que jamais nécessaire à une époque où, du moins en France, le religieux est l’objet de tentatives de mise à l’écart de la part des autorités censées être les garantes de la liberté de penser et de s’exprimer.
Pour la première fois, sont réunis les discours, textes, déclarations, chartes et communiqués, tant catholiques que musulmans, produits depuis Vatican II.
Préfacé par Mgr Jean-Marc Aveline, archevêque de Marseille et postfacé par Mohammed Moussaoui, Président du CFCM, « L’Église catholique et les relations avec les musulmans » est à lire par tous ceux qui veulent mieux comprendre l’importance de la spiritualité dans l’édification d’un monde plus juste, plus équitable, plus pacifique.
Un document exceptionnel qui permet de remonter aux sources mêmes du dialogue islamo-chrétien et de faire entendre comment les deux voix s’interpellent et se répondent.
Une contribution décisive au cœur des questionnements de la société française face aux identitarismes de tous bords.
Un vibrant appel à l’estime mutuelle.

Quelques extraits

« Nous tenons à vous dire notre estime pour les musulmans, comme l’a si bien exprimé le récent Concile qui nous a exhortés à promouvoir ensemble, sur cette base de vérités communes, la justice sociale, les valeurs morales, la paix et la liberté. Tous ceux qui adorent le Dieu un et unique sont appelés à établir un ordre de justice et de paix sur la terre. Aussi est-ce avec un grand cœur que nous invoquons sur vous et votre communauté l’abondance de ses bénédictions. »

Pape Paul VI à Istanbul, Turquie, le 25 juillet 1967

« A cause de cette foi que nous avons en Dieu, le christianisme et l’islam possèdent de nombreux points communs : le privilège de la prière, le souci de la justice qui s’accompagne de la compassion et de l’aumône et par-dessus tout, le respect sacré de la dignité de l’homme. »

Pape Jean-Paul II, Nigéria, le 14 février 1982

« L’humanité est un tout où chaque groupe a son rôle à jouer; il faut reconnaître les valeurs des divers peuples et des diverses cultures. Le monde est un comme un organisme vivant; chacun a quelque chose à recevoir des autres et quelque chose à leur donner. »

Jean-Paul II, Casablanca, Maroc, le 19 août 1985

Visite du Pape François à Bakou. Photo Azertac

« L’Azerbaïdjan profite de cette concorde [entre les communautés musulmanes, catholiques, orthodoxes, juives], pays qui se distingue par l’accueil et l’hospitalité, qui sont des dons que j’ai pu expérimenter en cette journée mémorable pour laquelle je suis très reconnaissant. On souhaite ici conserver le grand patrimoine des religions, et on recherche en même temps une ouverture plus grande et plus féconde : le catholicisme également, par exemple, trouve place et harmonie parmi les autres religions bien plus nombreuses, signe concret qui montre comment, non pas l’opposition mais la collaboration aide à construire des société meilleures et pacifiques. Le fait de nous trouver ensemble est aussi en continuité avec les nombreuses rencontres qui se déroulent à Bakou afin de promouvoir le dialogue et la multi-culturalité. »

Pape François, Bakou, Azerbaïdjan, le 2 octobre 2016

« Le Coran accepte la différence de religion et de croyance, de langue, et de couleur entre les gens. C’est Dieu lui-même qui a voulu que ses fidèles soient différents… Le Coran est clair sur la liberté de croyance et le refus de l’oppression religieuse »

Cheikh Ahmed Al-Tayyib au Pape François, centre de conférence d’Al Azhar, Le Caire, Egypte, le 28 avril 2017

« Les hommes, avec leurs différences ethniques ont tous la même origine et sont tous égaux dans leur humanité… [Nous devons] rejeter expressions et discours racistes et dénoncer toute parole odieuse d’arrogance maquillée par des illusions de supériorité artificielle [… ] La diversité religieuse et culturelle dans les sociétés humaines ne justifie pas le conflit et l’affrontement, mais au contraire appelle à un partenariat civilisationnel positif, une communication efficace qui fait de la diversité un pont pour le dialogue, la compréhension, la coopération au bénéfice de tous »

Charte de La Mecque, signée par 1200 oulemas musulmans de 140 pays, à l’initiative de la Ligue Islamique Mondiale, en Mai 2019

« Les religions divines désavouent catégoriquement les mouvements et les groupes armés récemment appelés « terroristes « , quelles que soient leurs religions, leurs croyances ou leurs idéologies, leurs victimes ou les terres sur lesquelles ont été perpétrés leurs crimes odieux. Ces gens-là sont des meurtriers, des assassins et des agresseurs qui transgressent les enseignements d’Allah et ses messages. »

Dr Ahmad Al-Tayyib, cheikh d’Al-Azhar, Abu Dhabi, le 4 février 2019

« [Les signataires]
s’engagent à promouvoir la liberté de conscience et la liberté religieuses
auront à œuvrer pour l’intérêt de l’humanité, pour construire des ponts entre les êtres humains, en vue de faire face à l’oppression et à la haine, et promouvoir une culture de la fraternité
affirment que tous les croyants, tous les chercheurs de Dieu, et toutes les personnes de bonne volonté qui n’ont pas d’affiliation religieuse sont d’égale dignité
reconnaissent qu’il n’y a pas à choisir entre être citoyen ou être croyant : on est citoyen et croyant »

“Memorandum d’entente et d’amitié”, signé le 17 septembre 2019 à Paris entre SE Mohammed Al-Issa, secrétaire général de la Ligue Islamique Mondiale, Monsieur Haïm Korsia, Grand Rabbin de France, Monsieur François Clavairoly, co-président du Conseil d’églises chrétiennes en France et de la Fédération Protestante, et Mgr Emmanuel Adamakis, Président de l’Assemblée des Evêques Orthodoxes de France

“L’ÉGLISE CATHOLIQUE ET LES RELATIONS AVEC LES MUSULMANS”, Par la Conférence des Évêques de France, Editions du Cerf – Bayard – MAME, 24 €

Lire aussi

AZERBAÏDJAN : 15 PRISONNIERS ARMÉNIENS CONTRE UNE CARTE DES MINES

L’Azerbaïdjan a libéré 15 soldats arméniens qui avaient été faits prisonniers lors de la guerre des 44 jours en échange de la remise d’une carte des 97 000 mines anti-chars et anti-personnel dont l’Arménie a piégé le district d’Aghdam,