FRANCE-TURKMENISTAN : 30 ANS DE COOPÉRATION

Cette année marque le 30ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre le Turkménistan et la France.

La France, premier pays occidental à être venu au Turkménistan.  

Les relations diplomatiques franco-turkmènes ont officiellement été établies le 6 mars 1992, quelques mois après la déclaration d’indépendance du Turkménistan.
En 1993, le président François Mitterrand a reçu à Paris le premier président turkmène. En 1994, il devient le premier chef d’État occidental  à visiter Achgabat, la capitale du Turkménistan.  
En 1994, la France ouvre son ambassade à Achgabat, et le Turkménistan à Paris. La même année, de grands groupes français signent leurs premiers contrats dans le pays : la société Thomson CFS/Thales se voit confier la modernisation du contrôle du trafic aérien et le groupe Bouygues, la construction de prestigieux ouvrages à Achgabat.  

L’année suivante, en 1995, lors de la session annuelle de l’Assemblée générale des Nations Unies, la France soutient le statut, unique en son genre, de neutralité permanente du Turkménistan, élément cardinal de la politique étrangère du pays.

Dans les années 1990, le Turkménistan lance de grands projets d’investissement et un programme de modernisation de son industrie et de ses infrastructures.  

Viste du Président Gourbangouly Berdimoukhamedov à Paris

En février 2007, Gourbangouly Berdimoukhamedov est élu président, le deuxième depuis l’indépendance. Il ouvre une nouvelle étape dans le renforcement de la diplomatie économique et des relations de coopération entre le Turkménistan et la République française.  Sa visite à Paris, en février 2010, à l’invitation de son homologue français, le président Nicolas Sarkozy, a marqué une étape importante dans les relations politiques bilatérales, concrétisée par les déplacements du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius à Achgabat en 2013, et par celui du chef de la diplomatie turkmène à Paris en 2015 et 2017. Des consultations entre ministères des Affaires étrangères se tiennent périodiquement depuis 2011 ; les dernières ont eu lieu à Achgabat le 25 janvier 2019. Ces différentes rencontres ont permis aux deux pays de se doter d’instruments de dialogue politique et économique tels que la Commission mixte pour la coopération économique et le Groupe de travail bilatéral dans le domaine de l’énergie.  

Serdar Berdimoukhamedov,, Président de la République du Turkmenistan

Le 15 avril 2019, M.Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, effectuait un déplacement à Achgabat, à la tête d’une délégation qui incluait notamment Carole Bureau-Bonnard, vice-présidente de l’Assemblée nationale, et Pascal Lorot, représentant spécial pour la diplomatie économique en Asie centrale. Ils ont été accueillis par le vice-président du Cabinet des Ministres et ministre des Affaires étrangères du Turkménistan Rachid Meredov. A l’issue de cet entretien qui a permis un échange approfondi sur les relations bilatérales, les deux ministres ont signé un programme de coopération entre les deux ministères des Affaires étrangères pour les années 2019 à 2021. Le même jour, le Secrétaire d’État a co-présidé avec le ministre du Commerce et des Relations économiques extérieures du Turkménistan, la 3e session de la Commission intergouvernementale franco-turkmène pour la coopération économique, qui a donné lieu à un entretien bilatéral entre les deux ministres suivis par une table-ronde entre entreprises françaises et administrations turkmènes. 

Le 13 octobre dernier, à l’occasion de la nomination du nouvel ambassadeur du Turkménistan en France, M. Maksat Chariev, Serdar Berdimoukhamedov, le nouveau Président du Turkménistan, qui a été élu en mars de cette année, a assuré au président français que le Turkménistan considère la France comme un partenaire fiable et stratégique en Europe et entend intensifier encore plus sa coopération dans tous les domaines.  

Turkmenistan : une économie forte et stable 

En raison de la pandémie de coronavirus, après 2019, les échanges commerciaux et économiques entre le Turkmenistan et la France étaient tombés à un niveau très faible. Cependant, le produit intérieur brut (PIB) du Turkménistan a augmenté de 6,2% et le chiffre d’affaires du commerce extérieur a augmenté de 40% au cours des neuf premiers mois de 2022. Le plan de production du gaz naturel a augmenté de 115,3%, et le plan d’exportation de gaz naturel de 125,9 %. 

Le Turkmenistan investit chaque année 35 à 40 % du PIB dans son économie, soit environ 17 milliards d’euros. Les investissement étrangers sont  à hauteur de 15%. En 2021, l’agence internationale de notation financière « Fitch Ratings » a d’ailleurs attribué au Turkménistan la note « B » à court terme et la note « B+stable » à long terme. Cette année, ces notations sont encore confirmées. 

Le Turkménistan détient les quatrièmes réserves de gaz au monde. Au cours de ces dernières années, le pays a orienté ses principales exportations vers la Chine avec des volumes équivalent à la consommation totale de gaz naturel de la France. L’Europe reste toutefois un marché d’avenir, et le Turkmenistan, qui possède un potentiel de production bien supérieur à celui qu’il est actuellement, se déclare prêt à devenir un fournisseur fiable pour l’Europe et pour la France en particulier à long terme. 

Un nouveau départ 

A présent, le Turkménistan se dit prêt à un nouveau départ, et donner une nouvelle impulsion à sa coopération avec la France après deux années difficiles liées à la pandémie. Il voit dans la France un partenaire stratégique au sein de l’Europe et souhaite intensifier sa coopération commerciale et économique avec l’Hexagone.  Pour les entreprises, le Turkménistan peut représenter un énorme potentiel d’opportunités. La coopération économique entre les deux pays a déjà connu des succès significatifs : le premier satellite de communications du pays TurkmenAlem52E a été construit dans l’usine cannoise de Thales Alenia Space, le Centre international de congrès et de conventions du Turkménistan a été récemment livré par le groupe Bouygues, le groupe Vinci a construit l’immeuble du Cabinet des ministres à Achgabat.

Dans cette perspective d’un nouveau développement et un élargissement de la coopération économique entre les deux pays, la préparation d’une visite d’une délégation turkmène de haut niveau à Paris, ainsi qu’une délégation d’entreprises françaises à Achgabat, est en cours.  Les principaux entreprises présentes sur le marché turkmène sont Bouygues, Vinci Construction, Thales, Schneider Electric, CIfal, Technip, Eurocopter (EADS), Airbus, Total, Schlumberger, Dresser-rand, Alstom, DGTL Logistics, CIS, Nexans, Axens. Depuis 2011, cette présence français est soutenue par de l’association française des entrepreneurs « MEDEF International ». 

Une coopération culturelle et scientifique 

La  coopération culturelle et scientifique franco-turkmène s’est également intensifiée ces dernières années, notamment avec les fouilles archéologiques conjointes menées sur le site d’Ulug Dépé par la Mission archéologique franco-turkmène (MAFTUR)  en 2001. Le ministère de la Culture du Turkménistan maintien d’ailleurs des liens étroits avec les archéologues français depuis 1994. Cette coopération s’est illustrée dans les travaux conjoints de conservation, restauration et de recherche de couches culturelles du site archéologique Ulug-Depe, ainsi que dans l’étude et la restauration des objets conservés dans les musées du Turkménistan. Il est aussi prévu de former des archéologues et spécialistes turkmènes. 

Autre exemple de cette coopération :  l’exposition de pièces uniques du Turkmenistan au musée du Louvre à Paris en 2024. Les représentants de l’Ambassade et du ministère de la Culture du Turkménistan travaillent  actuellement avec le musée du Louvre sur l’organisation de cette exposition. Le musée du Louvre organisera le 24 novembre 2022 une conférence consacrée à l’actualité de la recherche archéologique où seront invités des représentants du ministère de la Culture du Turkménistan.  

Un autre domaine de coopération est celui de l’élevage de chevaux et des sports équestres. L’année 2012 a été particulièrement active, au cours de laquelle le président du Turkménistan s’est rendu en France pour assister au Grand prix de l’ «Arc de Triomphe», auquel des cavaliers turkmènes ont participé. Dans le même temps, des relations ont été établies et développées avec les principaux organisations et entreprises françaises, telles que l’IFCE (Institut français d’équitation), le CIRALE (Centre de recherche équestre), l’ENE (École nationale d’équitation,) L’association «France Galop»» l’entreprise «Pegasus Farms», etc.
En avril 2012, une délégation turkmène s’est rendue en France pour se familiariser avec les activités des principaux instituts et établissements du secteur équestre de France. En 2012, un film sur les chevaux turkmènes, tourné par la maison de production française « Peignoir Prod », a été diffusé sur les principales chaînes françaises.
En 2022, l’Institut français d’élevage et d’équitation (IFCE) et l’Association « Turkmen Atlary » ont signé un mémorandum de compréhension (MOU) sur leur coopération, et chaque année la partie française participe activement aux célébrations consacrées à la Journée du Cheval Turkmène à Achgabat.  

Depuis leur indépendance, les pays du Caucase et de l’Asie Centrale, connaissent une forte évolution en matière de modernisation, essor économique et développement des échanges culturels. Le Turkmenistan, jeune État, aux ressources économiques, culturelles, touristiques importantes est appelé à devenir un partenaire essentiel de la France dans cette région du monde en pleine expansion.

Lire aussi

GÉRALD DARMANIN DE NOUVEAU TACLÉ PAR LA JUSTICE BELGE ET L’IMAM IQUIOUSSEN

La cour d’appel de Mons a confirmé le 15 novembre le refus de la justice …