2023 ET LA BRAVE PETITE BONNE FEMME

Le président de la République a, comme l’ont fait chaque année tous les chefs de l’État, présenté ses voeux aux Français.
Comme chaque année, il a commencé par expliquer que l’année achevée avait été difficile. Comme chaque année, il a promis que la suivante serait meilleure.
Demain des aurores boréales illumineront des lendemains qui chantent dans la perspective de futurs triomphants… les charlatans parlent aux naïfs.
On se demande pourquoi les chefs d’État font invariablement le même mensonge, et pourquoi on continue de les écouter.

Alors que souhaiter pour 2023 ? D’ailleurs est-t-il véritablement utile de formuler des voeux ?
L’année 2023 sera ce que nous en ferons.
Et vous savez quoi ? Ce n’est pas si mal parti.

Pour une fois les organisations musulmanes saisissent la justice contre les portes-parole des idéologies racistes.La Grande Mosquée de Paris, puis l’Union des Mosquées de France vont poursuivre Michel Houllebecq pour ses vomissement islamophobes ainsi que Jean-Claude Dassier qui a osé déclarer sur la chaine Cnews : « Mais les musulmans, ils s’en foutent de la République, ils ne savent même pas ce que le mot veut dire ! ». Il a dû se boucher le nez pendant les deux ans de sa présidence de l’Olympic de Marseille…
La Fondation de l’Islam de France a également fait entendre sa voix pour condamner ces deux individus.

Les responsables musulmans auraient-ils enfin compris qu’il ne faut rien laisser passer ? Ils ont mis le temps…
Personnellement, je suis contre toute censure de la parole, quelle qu’elle soit. Ce qui ne doit pas nous empêcher de nous défendre et d’attaquer quand nous le sommes nous-mêmes.
Ces petites phrases, en dehors de leur stupidité, sont la marque du racisme ordinaire qui gangrène patiemment les fondements de notre société.

Ce qui était effrayant dans le nazisme, ce n’était pas son caractère exceptionnel, c’était au contraire son effroyable banalité. L’antisémitisme ordinaire des gens bien-pensants a conduit au massacre des juifs, dont une partie des Français fut complice. Depuis, nos frères juifs ont compris la leçon, si bien résumée par Pierre Mendès-France : « Le racisme, ça ne se discute pas, ça se combat ».

Je ne publie jamais les insultes et les commentaires haineux dont nos articles font l’objet. Je ferai pourtant une exception pour celui-là , qui faisait suite à mon précédent édito « Pourquoi nous détestent-ils » : « Pourquoi? Parce que vous nous tuez, parce que contrairement à ce que vous dites, oui les délinquants sont nombreux parmi vous, et parce que vous essayez d’imposer votre religion sur notre terre chrétienne: voir écoles, hôpitaux…A Rome fais comme les Romains et si ça ne va pas vous pouvez vivre en terre musulmane, vous n’avez que l’embarras du choix. »

Ce n’est pas un facho illuminé qui a commis ce texte. C’est juste une brave petite bonne femme, qui a fait des études, se mêle gentiment à « La manif pour tous », va à confesse, et se relève de son prie-Dieu avec la bonne conscience satisfaite du devoir accompli. Une brave petite bonne femme qui ne fait que reprendre une sortie fameuse d’Eric Zemmour lors d’un débat télévisé.

Le danger vient finalement plus des « braves petites bonnes femmes » que les prédicateurs hystériques qu’elles écoutent. Car celles-ci finissent un jour par faire légion.

Mais il n’y aurait pas les premières sans les seconds.
Voilà pourquoi il est important de combattre les idéologies racistes mortifères.

Lire aussi

LA COMMUNAUTÉ MUSULMANE DES PYRÉNÉES ORIENTALES CHOQUÉE PAR L’INVITATION FAITE AU RECTEUR DE LA MOSQUÉE DE PARIS

Annoncé le 1er février au Mémorial du camp de Rivesaltes, dans les Pyrénées Orientales, à …